Hubert Jappelle - Kakémono 1
HJappelle HJappelle1

Thème kakémono 1 - Il faut jurer de rien...

***

Samedi matin, jour des courses, aux grandes surfaces, monde en force, papa, maman, bébé dans les bras, tout le monde court, pour être là-bas, à l’ouverture, couleurs qui changent, la mode qui crie.
Le bonheur, le bonheur, ici par ici, les allées, suivant des bruits, des produits, des caddies,
Des escalators qui montent, des voitures, des parkings, encore du monde qui descend.
Payant, payant, chèque ou carte, en espèces, billets ou pièces.
Quel théâtre gratuit, quels acteurs économiques jouent des rôles sur la place publique,
Quel spectacle dans une société qui consomme,
Toujours plus, toujours plus en slogans,
Ouverture le dimanche, 24 /7, le temple, on le croit remplir nos besoins, ici-bas,
Dans des caddies, des bacs se vident, d’autres mondes fabriquent, de la marchandise arrive,
Livrée, en livres, on s’enivre rien que pour vivre parmi des pancartes, des publicités…
L’art trouve sa place – ici – en grand format.

Christopher Brook
Collectif d’auteurs Mots Migrateurs


***

De quel droit pouvons-nous juger
Le monde en joue ?
Les mots mitraillent des mensonges
Jusqu’aux jardins des juges.
La nuit, des juntes obscures
Jouent à la mort et jubilent.

Comment pouvons-nous sauver
Les hommes en geôle ?
Quand les milieux bien informés jurent qu’ils n’y sont
Pour rien ; presque innocents meurtriers…
Tous les jours, des anges étincelants
Brillent derrière leurs forfaits.

Dans quel jury pouvons-nous dénoncer
Le joug de l’actualité ?
Médias fuyants cherchant à juguler
Les pensées les plus humaines.
Chaque seconde, le jeu de l’argent
Étouffe la vérité du juste.

Nous avons mal au « je »…
Indignions-nous !

V. Gabralga
Collectif d’auteurs Mots Migrateurs


***
« Il ne faut jurer de rien. »
Tel est le titre qu’a choisi Alfred de Musset pour cette pièce.
S’est-il inspiré de Ménandre qui énonçait :
« N’assure rien avec serment, pas même la vérité » ?

« Il faut se douter de rien. »

Si « Le doute est l’ennemi des grandes entreprises »
Selon Napoléon Bonaparte,
Ne doit-on pas parfois douter de soi pour se remettre en question ?

La vie n’est que surprise,
Le pire n’est jamais certain,
Le meilleur peut cacher l’innommable.

« Tout ce que je sais, c’est que je ne sais rien. »
Se plaisait à dire si justement Socrate.

Geneviève Gautier
Collectif d’auteurs Mots Migrateurs


***

Il ne faut jurer de rien !
Dire la vérité
Je vous le jure !
Musset sans doute savait
Qu’il se balancerait
En haut d’un grand mât
Comme une voile de navire
Et qu’en lisant ses vers
C’est mon cœur qui chavire !!

Caroline Tafoiry
Collectif d’auteurs Mots Migrateurs


***
Hubert Jappelle - Kakémono 2

HJappelle HJappelle2

Thème kakémono 2 - Où va le monde ?

***
Face cachée

Dormir sans toi,
C’est un peu comme la gare de Bercy à 7 heures du mat :
Le désert,
Rien d’ouvert,
Rien de chaud à boire,
Pas même un croco en sucre dans la tirette d’un distributeur.
Dormir sans toi,
C’est à peu près gai comme un pinson au bord de la déroute.
Dormir sans toi,
C’est un peu comme un chat dans les gorges du Tarn, qui aimerait sortir, coincé par trop d’espace Autour de lui.
Alors
Je me suis levée tôt dans la nuit pour prendre un train de retard.
Mais il n’est jamais trop tard pour bien faire.
J’ai toussé toutes les branches,
Fait du bouche-à-bouche au pinson,
J’ai allumé la gare
Pour sauver la face cachée,
Enfouie encore dans l’oreiller.
Je suis allée de l’avant,
J’ai écouté Prévert.
Dans les délices de l’avant,
J’ai remonté le temps jusqu’en haut,
Redécouvert Paris
Et le nu du jour est apparu,
Neuf,
Comme les yeux bleus du cancre.
Puis la cloche a vibré.
Goûtant l’arrière des délices, j’ai rebroussé chemin,
J’ai regagné le train, mes yeux, nuit, mon oreiller, ma face cachée,
Et je t’ai attendu comme si de rien n’était.

Catherine Diquéro
Collectif d’auteurs Mots Migrateurs


***

Ombres noires
dans une nuit
blanche
à Saint-Pétersbourg
ou au diable,
mes amours
s'exilent
dans la poudreuse
comme oeufs
en neige
dans ma cuisine
à Pontoise.

Alain Andrieu
Collectif d’auteurs Mots Migrateurs


***

Emporte ton rêve
Fais voler ta vie
Toute bleue
Boule ronde
Douce, infinie,
Quand tu la lâcheras
Elle diffusera
De par le monde
Tes rêves
Ta joie
Tes créations.

Micheline Hecquard
Collectif d’auteurs Mots Migrateurs


***

Oser un pas dans le vide
En perte d’équilibre
Se raccrocher à un fil
Et découvrir
La planète bleue
La Planète-Théâtre…

Marie-Stéphane Vaugien
Collectif d’auteurs Mots Migrateurs


***

Le trait
Magistral
Croque
L’Homme
Son œil cerné
Son irresponsabilité
Il porte la Terre
La Terre le porte
Ambiguité

Marie-Stéphane Vaugien
Collectif d’auteurs Mots Migrateurs


***

Consommation
Des mots
Toujours plus
De lignes

Encore des mots
À la bouche
Entre des oreilles
Une idée

Dans le non-dit
Oui-oui
Enfoui
Au fin fond de la pensée

Prêt à germer
La nuit
Pousser
Au-dessus des barrières

Entre
Des lignes
Alignées
Des rangées

Des consommateurs
Acteurs
Dans la société
Du spectacle.

Christopher Brook
Collectif d’auteurs Mots Migrateurs


***

La terre s’envole
Dans un nuage de fumée
Noire des voitures et camions
Polluants
Où l’individu
N’est qu’une cible
Des grandes marques
Des produits de consommation

La terre tourne
Dans le vent
Des nuages noirs de fumée
Apparaissent sur l’horizon

Christopher Brook
Collectif d’auteurs Mots Migrateurs


***
Hubert Jappelle - Kakémono 1 et 2
HJappelleH HJappelle1&2 copieH

Thème kakémono 1 et 2 : Il faut jurer de rien... et où va le monde ?

***
Suspendu
Entre terre et ciel
Le cri

Le publique se reconnaît
Dans les yeux de l’autre
L’appel est entendu

Christopher Brook
Collectif d’auteurs Mots Migrateurs